Mesurez votre popularité politique sur Internet

by

Ron PaulAprès mes précédents billets sur les élections présidentielles et les partis politiques en France, où on a vu que les écarts en termes de Web Analytics étaient surtout fonction de la popularité existante des partis et de leurs budgets dédiés aux Web Analytics, je m’intéresse aujourd’hui (en fait depuis plusieurs années) à l’élection présidentielle de 2008 aux Etats-Unis.

Dans ce pays qui ne cesse de nous surprendre, la campagne présidentielle commence deux ans après l’entrée en fonction du président élu. Et il se trouve justement que pour cette édition 2007-2008, on parle de plus en plus du phénomène Ron Paul.

NOTE: Ce billet ne reflète aucunement l’opinion politique d’OX2 ou de ses employés😉

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Ron Paul est un Républicain texan de 71 ans qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui se pose en champion de la Constitution, comme non-interventioniste et comme partisan du retrait des troupes US d’Irak. La description du programme du candidat s’arrête là pour ce billet non-partisan. Pour plus d’infos, consultez les différents liens présents😉

Concentrons-nous maintenant sur la stratégie utilisée par Ron Paul. Il fait partie de ces parfaits inconnus qui crèvent l’écran politique grâce à une utilisation judicieuse des médias. Un parallèle intéressant (vu sur Digg) illustre l’arrivée ad augusta per angusta de candidats tels que Jimmy Carter, Michael Dukakis, Bill Clinton ou John McCain qui, comme pour Ron Paul, étaient virtuellement inconnus au niveau national avant de se retrouver candidats en phase finale de l’élection présidentielle. On pense également au milliardaire texan Ross Perot qui était arrivé à se faire connaître grâce à sa fortune personnelle (il a auto-financé sa campagne) et à ses interventions télévisées où il expliquait aux américains ce qui n’allait pas dans leur pays à l’aide de graphes ressemblant fort à des rapports Web Analytics…😉

Si on regarde Google Trends, on s’aperçoit que l’intérêt pour Ron Paul en terme de recherches sur Internet décolle à partir de début 2007, et en particulier dans les états du Sud des Etats-Unis: Texas, Floride, etc.

Ron Paul @ Google Trends

Pour un candidat qui a peu de moyens pour sa campagne, créer un site Web, s’inscrire sur des sites de networking social coûte moins de 100€.

Ce qui est remarquable, c’est que Ron Paul et son comité de campagne ont réussi à s’approprier Internet et ses outils, au point que les medias “traditionnels” commencent à parler d’une campagne qui ne serait que virtuelle.

Ron Paul a réussi à générer un “buzz” sur Internet et conduire les Internautes vers le site qui les redirige vers les vidéos du candidat mais également vers les meetings et différentes actions de campagnes bien réelles. Ceci a créé un véritable effet “boule de neige” par lequel de plus en plus de supporters de Ron Paul ont été conquis par ce mouvement “grassroots” (militantisme) et alimentent à leur tour la stratégie Internet et globale du candidat.

DiggOn se rend compte également qu’avec des outils comme Digg ou MySpace, on a un public potentiel de presque 200 millions d’utilisateurs qui ont des amis et connaissances dans la vie réelle. L’effet “boule de neige” continue ici aussi et transforme les Internautes en évangélistes du message du docteur Ron Paul.

Ce qui me surprend en regardant les vidéos des différents candidats, c’est que les militants qui suivent Ron Paul sont également plus actifs que ceux des autres candidats et leur enthousiasme est contagieux.

Parce que c’est le candidat qui a le plus besoin de soutien?
Parce que son message est le meilleur ou le plus galvanisant pour ses troupes?
Qui sait?

En tous cas, le succès de sa stratégie de communication reposant sur Internet est sans précédent. Il arrive à dépasser l’effet Internet dont avait bénéficié le candidat démocrate Howard Dean en 2003 (avant qu’il ne pète un cable et se mette à hurler) avec renforts de flashmobs et autres réunions virtuelles.

Résultats de cette ferveur effervescente: un camouflet infligé à la chaîne de télévision ABC qui refusait d’inclure Ron Paul dans la liste des candidats. Plus récemment, Ron Paul avait été exclu d’un débat républicain dans l’Iowa (état baromètre politique aux USA). Il va sans dire qu’avec l’aide d’Internet, une troupe de supporters de Ron Paul a en quelques minutes investi le centre de conférence et réclamé la participation de Ron Paul à la réunion.

La “conversion” et l’émulation des supporters online en supporters offline les force à s’en défendre. On a vu des sympathisants de Ron Paul scander “We’re not the Internet!” alors qu’on se moque d’eux comme étant juste un effet de mode lié à Internet, des partisans virtuels en quelque sorte.

On accuse aussi les militants de Ron Paul les plus branchés Internet d’abuser des systèmes comme Digg ou MySpace. Mais en définitive, quand on y regarde bien, une grande partie des sites Myspace a été vampirisée par des campagnes marketing, des artistes ou des politiques. Digg est plein d’histoires qui ne sont pas vraiement des news. Qui a raison? Qui a tort? A voir.

Quoi qu’on pense du programme de Ron Paul, l’attitude de ses militants est rafraîchissante ; espérons juste qu’ils ne s’essoufleront pas avant l’élection!🙂

Quelques chiffresInternet sur Ron Paul: (au 12 juillet 2007)

  • Dans le top 3 des recherches sur Technorati
  • Nombres d'”amis” sur MySpace: 43,900
  • Nombre d’abonnés à YouTube: 20,300 ; ses videos ont été vues plus de 2.2 millions de fois

Si l’élection présidentielle se basait sur le nombre d'”amis” de chaque candidat sur MySpace, voici quels seraient les scores:

Democrates Républicains
Barack Obama: 139,520
Hillary Rodham Clinton: 115,744
John Edwards: 44,444
Bill Richardson: 19,527
Al Gore: 14,081
Joe Biden: 12,527
Chris Dodd: 7,340
Mike Gravel: 7,256
Dennis Kucinich: 4,413
Ron Paul: 43,900
John McCain: 40,089
Mitt Romney: 28,555
Rudy Giuliani: 6,459
Duncan Hunter: 6,431
Tommy Thompson: 5,710
Mike Huckabee: 3,952
Jim Gilmore: 2,251
Tom Tancredo: 2,008
Fred Thompson: 1,603
Newt Gingrich: non indiqué
Sam Brownback: non indiqué
Chuck Hagel: non indiqué
George Pataki: pas de MySpace?

Félicitations à Barack Obama (mon Président Palmer *soupir*)

“Mais alors Julien, quel est le rapport avec les Web Analytics?”, me direz-vous ?

Analytique, mon cher Watson; on retombe sur une problématique de visibilité et de publicité tout ce qu’il y a de plus banale: si vous êtes connu, vous n’avez pas vraiment besoin de faire de la publicité. Et du coup, le besoin de mesure Web se fait moins ressentir. C’est clairement ce qui est ressorti de mon étude sur les partis politiques et sur l’élection présidentielle.

Si vous êtes moins connu, il devient vital de booster son audience Web et surtout d’identifier d’où viennent les visiteurs du site afin de réorganiser les priorités marketing et définir quelle campagnes mener.

Ron Paul a très bien compris l’avantage et la visibilité de masse quasi-gratuite d’Internet.
Internet est un media bon marché, entièrement mesurable et qui permet de prendre rapidement des décisions sur base des résultats.

Ah, au fait, devinez quelle solution de Web Analytics est utilisée sur les site de campagne de Ron Paul et de Barack Obama?

Eh oui, Google Analytics!🙂 Comme quoi le budget n’est pas forcément un facteur dans ce domaine

Pour conclure, je tiens à saluer la stratégie de campagne de Ron Paul qui a réussi, grâce à Internet, à se faire connaître par l’Amérique toute entière.

Je suis citoyen européen et je ne pourrai donc pas voter pour Ron Paul ou Barack Obama. Je leur souhaite donc bonne chance à tous les deux dans leurs positions d’outsiders respectifs et que le mieux mesuré gagne! De là à dire que Google Analytics aura contribué à la victoire d’un de ces candidats, il n’y a qu’un pas – pas que je ne franchirai pas avant novembre 2008🙂

En attendant l’élection, vos commentaires constructifs sont comme d’habitude les bienvenus!😉

Liens sur Ron Paul:

One Response to “Mesurez votre popularité politique sur Internet”

  1. taggle.org Says:

    Mesurez votre popularité politique sur Internet: le cas Ron Paul

    Comme un politicien américain inconnu crève l’écran politique en s’appropriant Internet et les sites de networking social comme Digg ou MySpace.
    Cela suffira t-il à le faire élire?

Comments are closed.


%d bloggers like this: