Safari pour Windows: un signe des temps

by

SafariApple vient finalement de lancer la semaine dernière, son navigateur web Safari sur la plateforme Windows.
Non, vous n’avez pas mal lu, il y avait bien “Safari” et “Windows” dans la même phrase.

On peut donc s’attendre à une prise de rendez-vous massive de poules chez leur dentiste😉

Plus sérieusement, Apple fait un grand pas en avant et cette avancée aura sans doute des répercussions intéressantes sur le monde du Web.

Premières impressions

C’est beauuuuuu😀

On aime:

  • la rapidité
  • les onglets
  • le look MacOs X
  • les polices de caractères lissées
  • l’intégration Quicktime

On aime moins:

  • application en beta, encore instable; un plantage en une heure (ca va encore)
  • les légers écarts de CSS
  • le poids en mémoire de l’application (100Mo de mémoire juste pour charger microsoft.com – par provocation)

Part de marché

Safari est disponible en version beta pour Windows depuis le début de la semaine.

Ce lancement est incontestablement une volonté de la part d’Apple d’accroître la part de marché de Safari grâce à sa version Windows. Actuellement, Safari représente entre 4% et 5% des navigateurs utilisés, a priori en phase avec la part de marché du Mac.

Quand on voit le taux de pénétration de iTunes pour Windows et l’intérêt grandissant pour l’iPhone, on peut légitimement se demander si la part de marché d’Internet Explorer ne va pas davantage s’éroder au profit de Firefox… et de Safari!

Le parallèle avec le monde Mac

Descendez dans la rue et observez le nombre de personnes se promenant avec des écouteurs blancs. Beaucoup sont des copies mais une grande majorité des appareils reliés à ces écouteurs sont des iPod d’Apple. Les effets de la culture Apple sont partout et le côté “cool” qui accompagne les produits de la marque à la pomme est un facteur de vente indéniable. Si apple vend des Mac à la sauce Intel qui font tourner Windows Vista sans problème, il y a fort à parier que nous allons assister à une augmentation du nombre de transfuges de PC vers Mac. Avec le modulo majeur que constitue le prix d’un ordinateur Apple par rapport à un PC ‘standard’. Une révolution pour une élite donc. Amis des oxymores, bonjour😉

Compatibilité

De la même façon que Netscape (de son temps) a du batailler avec Internet Explorer pour conserver son statut de navigateur alternatif crédible – on en voit maintenant les résultats avec Firefox surtout et avec Opera dans une moindre mesure – Safari pour Windows pourrait pousser les agences interactives à développer une compatibilité inter-navigateur et inter-plateforme.

René me faisait part de ses craintes à propos d’une nouvelle guerre des navigateurs. Après tout, le lancement de Safari sur windows a fait l’objet d’un reportage sur Euronews…
Vous vous rappelez des mentions ‘optimisé pour Netscape’ ?🙂 Eh bien cette guéguerre risque de se reproduire avec l’arrivée de Safari dans le monde Windows.
Une seule solution à terme : l’adoption des standards du Web tels que définis par le W3C.

Développez du code propre et conforme adjoints de Javascript et de CSS valides🙂

Sécurité

Un des points forts de Safari depuis son arrivée avec MacOs X est son mode anonyme, également surnommé ‘porn mode’ ou ‘mode adulte’ si vous préférez. Ce mode anonyme permet, sous le prétexte de garantir la confidentialité de plusieurs personnes se servant du même ordinateur, de ne garder aucune trace de sa navigatin car Safari efface alors l’historique, les cookies, les mots de passe, les données de formulaires, les termes de recherche de la barre de navigation Google, etc. La purge des ces informations a lieu lors de la fermeture de l’application.

Safari en mode ‘adulte’ ; source image: TUAW

Dans un contexte plus adulte, ce mode de navigation permet effectivement de ne laisser aucune trace de visites sur des sites plus ou moins recommandables: banques et achats en ligne, téléchargements illégaux et bien évidemment sites pornographiques.

Bien évidemment, depuis la sortie pour Windows, les hackers se font une joie de décortiquer Safari et de le soumettre à une série d'”exploits” destinés à illustrer les failles de cette version beta. Au moins Apple pourra tirer partie de ces retours pendant cette phase de beta test afin d’améliorer le produit fini. Un détail qui semble échapper à Microsoft mais ceci est un autre débat🙂

Web Analytics

Quel est l’impact potentiel de Safari sur les Web Analytics? Bien évidemment le mode “safe browsing” va entraîner un changement de comportement utilisateur tel qu’il est traqué par les outils de Web Analytics. En effet, la création d’un nouveau cookie à chaque visite va rendre inutile la notion de visiteur unique. Dans les faits, un utilisateur de Safari en mode “safe browsing” est comptabilisé à la fois comme un nouveau visiteur mais aussi comme un nouveau visiteur unique.

Je ne veux évidemment pas être alarmiste mais à un moment ou l’industrie des Web Analytics est “ébranlée” par la publication de rapports comme celui de ComScore, un navigateur qui peut potentiellement dédupliquer 3 ou 4 pourcents supplémentaires de visiteurs uniques peut vite semer la pagaille et ajouter à la confusion des responsables marketing qui saisissent mal cette notion d’unicité du visiteur.

Méfiance donc dans vos interprétations de rapports😉

En ce qui me concerne, je vous invite à essayer cette version Windows de Safari et à contribuer au test de la version beta.

C’est indéniablement un navigateur qui vaut le détour!

Comme toujours, vos commentaires constructifs sont les bienvenus😉

Liens:

3 Responses to “Safari pour Windows: un signe des temps”

  1. Vincent Wautier Says:

    Bel article Julien, j’ai toujours considéré Safari comme un excelent browser !

    C’est incroyable les OS passent en second plan avec cette stratégie des géants de l’informatique. Windows et Mac OS ne serviront bientôt plus qu’a enregistrer des fichers…

    Plusieurs points:
    – Les applications, même offline, utilisent de plus en plus les technologies web. Elles sont donc multi-plateformes. Ex, Air d’Adobe (ex Appolo) et Firefox 3…
    – Safari sur Windows permet aussi aux développeurs de tester des applications AJAX destiné à l’iPhone.
    – En dehors de l’iPod, l’effet « Halo » des interfaces utilisateur grâce à Itunes et maintenant Safari.

  2. Somebaudy Says:

    il est pas juste un peu buggé ?

  3. Julien Coquet Says:

    Merci Vincent pour ton commentaire😉

    et bonjour Baudouin!

    Safari 3 est en version beta : il est sensé être buggé😉

    Comme je l’explique dans ce billet, l’avantage d’une beta publique est qu’on peut ainsi repérer et corriger les bugs bien avant le lancement public officiel de l’outil.

    Bien à toi,

    Julien

Comments are closed.


%d bloggers like this: