La Globalisation et les nouvelles technologies, le point de vue d’Amin Maalouf

by

Mum's gardenJe tenais à m’excuser envers les francophones qui visitent de temps à autre ce site concernant le fait que j’utilise très souvent la langue anglaise pour m’exprimer.

Pour ceux qui auraient écouté le podcast sur le site de web-analytique.com d’Arien Naeem, vous aurez compris que je suis en fait franchophone mais pas franco-belge comme me l’a demandé Adrien l’autre jour. Non, si lui a le mérite d’être également citoyen du monde (adressez vous à lui pour en savoir plus), je ne suis pas belge.
Pour la petite histoire, je porte la nationalité néerlandaise – ce qui explique souvent mon côté très direct et je ne m’en cache pas, tant que cela fait avancer les choses – mais je suis francophone. Mon père est néerlandais protestant, ma mère est … était de nationalité… belge, née en France de parents Tchèque et Russe. J’ai de la famille aux Pays-Bas, en Israël, aux Etats-Unis et au Canada et la liste s’allonge au fil des années et de nos découvertes. La vie et l’histoire nous joue parfois des tours, c’est également le cas pour ma famille mais je ne m’en pleins pas, je n’habite pas au Liban ou en Israël.

Le récent décès de ma mère (la photo est un hommage à son jardin) a apporté quelques réponses quant à mes origines grâce principalement aux efforts de recherche entrepris par ma sœur qui elle aussi est néerlandaise et habite à Amsterdam. Et toutes ces réflexions, discussions m’ont dirigées vers un auteur que je connaissais mal, Amin Maalouf mais dont je dévore actuellement les romans, essaies et écrits. J’ai passé Origines à un de nos chefs de projets et en discutant avec l’équipe, un des architectes de notre système de CMS – http://www.onisystem.eu/ –, m’a récemment refilé Les identités meurtrières.

Le but de ce post est de partager un extrait de ce livre qui, dans la lignée de ce que Madeleine K. Albright a écrit dans son dernier livre, The Mighty and the Almighty : Reflections on Faith, God and World Affairs, ainsi que Catherine Fourest dans Tirs Croisés parle de l’augmentation de l’importance des religions dans notre société et les conséquences sur & de la globalisation. J’entends trop souvent les critiques concernant la globalisation et l’abus d’utilisation de ce terme qui, à mes yeux, peux être vu comme une évolution positive ou négative, en fonction de comment nous réagirons.

Amin Maalouf résume ma position, mon métier et mes choix de vie très bien en ces termes :

« … les nouveaux moyens de communication offrent à un très grand nombre de nos contemporains, à des gens qui vivent dans tous les pays et sont porteurs de toutes les traditions culturelles, la possibilité de contribuer à l’élaboration de ce que deviendra demain notre culture commune.

Si l’on veut empêcher la langue de mourir, si l’on veut faire connaître dans le monde, faire respecter et faire aimer la culture au sein de laquelle on a grandi, si l’on souhaite que le communauté à laquelle on appartient connaisse le liberté, la démocratie, la dignité et le bien-être, la bataille n’est pas perdue d’avance. Des exemples venus de tous les continents montrent que ceux qui se battent habilement contre la tyrannie, contre l’obscurantisme, contre la ségrégation, contre le mépris, contre l’oubli, peuvent souvent obtenir gain de cause. Et aussi ceux qui se battent contre la famine, l’ignorance ou l’épidémie. Nous vivons une époque étonnante où toute personne qui a une idée, fût-elle géniale, perverse, ou superflue, peut la faire parvenir, dans la journée, à des dizaines de millions de ses semblables.

Si l’on croit en quelque chose, si l’on porte en soi-même suffisamment d’énergie, suffisamment de passion, suffisamment d’appétit de vivre, on peut trouver dans les ressources qu’offre le monde d’aujourd’hui les moyens de réaliser quelques-uns de ces rêves. »

J’ai réalisé mes rêves grâce au soutient indirect d’un ancien employeur, une banque allemande pour ne pas la citer, rencontrant mon mari à un Master en eBusiness et en créant OX2, ensemble. Inutile de dire que la relation vie privée/vie professionnelle est en constante évolution chez nous, entre René et moi-même.

Je crois aujourd’hui que les Web Analytics n’ont pas comme mission de changer le monde, je n’irai pas jusque là. Mais nous avons le mérite de tout au moins tenter de prouver le pouvoir des consommateurs pour leur donner une voix, assurant ainsi que les entreprises les écoutent et tentent de répondre à leurs besoins. Nous verrons ensuite si les changements seront plus profonds. Il faut bien commencer quelque part.

Le soleil est de retour sur Bruxelles. Mes pensées se tournent vers le Liban. Suis-je naïve, idéaliste, utopiste ? n’hésitez pas à me faire part de vos réactions, je retourne à mes indicateurs de performance, mes tableaux de bord et Google Analytics.

8 Responses to “La Globalisation et les nouvelles technologies, le point de vue d’Amin Maalouf”

  1. Ramenos Says:

    Très belle citation, je suis d’accord avec cet auteur. En revanche, il ne faut pas oublier le “si on aime partager, si l’on possède l’âme généreuse” car il existe pas mal de personnes qui ont des idées et qui ne souhaitent pas les partager.

    En dehors de cela, je me suis rendu compte que tu étais francophone lorsque tu es venu poster un commentaire sur mon blog suite à mon billet sur les visiteurs uniques.

    Garde courage !

  2. Aurélie Pols Says:

    En effet, il n’y a que le partage de connaissance qui fait avancer le schmilblick.
    Ce qu’il y a aussi c’est que dans les Web Analytics, c’est parfois difficile de savoir à qui on s’adresse et dès lors, il faut toujours adapter le discours en fonction du niveau décelé. Pas toujours évident, je dois l’admettre!

    Pour les langues, je me permets de faire de la pub pour une (petite) Ecole Européenne super géniale qui se trouve dans le fin fond des Pays-Bas et plus particulièrement à Bergen, dans le Nord de la Hollande. Site: http://www.europeanschool.nl/ Great school, great people, thank you so much!

    Mon français et mon éducation viennent de là, même si j’ai beaucoup joué à l’école buissonière, surtout pour les cours d’Allemand et de physique.
    J’ai toujours beigné dans la multiculturalité puisqu’il y avait 5 sections linguistiques: Néerlandais, Anglais, Français, Allemand et Italien.
    Rajoute là dessus que mon mari, René est espagnol et tu comprendras rapidement qu’OX2 en tant qu’agence pan-Européenne, ce n’est pas de la blague😉

    Retroussons nos manches et continuons l’évangélisation. Il y a tant à gagner avec les Web Analytics!

  3. Adrien Says:

    Bravo et merci pour ce tres joli post et bon courage a toi,

    Bises,

    Adrien

  4. Julien Coquet Says:

    Salut Aurélie,

    dans la foulée de ton post à coeur ouvert (toutes mes condoléances pour ta maman) et puisqu’on parle de Liban, je vous conseille à tous la lecture des Croisades vues par les Arabes, aussi de Amin Maalouf. On y voit les choses différemment😉

    On y voit surtout un Liban du XIIe siecle, cosmopolite et multiculturel.
    A se demander si le pays du cèdre retrouvera un jour cette sérénité…

    Une pensée émue pour ma grand mère qui aimait tant Amin Maalouf😉

  5. David Says:

    Aurélie, ce livre de Maalouf m’a aussi énormément interpellé, tant par sa couverture historique que par sa pertinence actuelle.. J’avais acheté ce livre quelques jours après le début des hostilités au Liban cet été. J’avais posté un billet sur mon blog à propos de ce livre, et j’avais entre autres cité ce passage sur Internet :
    “L’Internet, par exemple, vu de l’extérieur et avec un a priori de méfiance, est un monstre planétaire ectoplasmique par le moyen duquel les puissants de ce monde étendent leur tentacules sur la terre entière; vu de l’intérieur, l’Internet est un formidable outil de liberté, un espace raisonnablement égalitaire dont chacun peut se servir à sa guise, et au sein duquel quatre étudiants astucieux peuvent exercer autant d’influence qu’un chef d’Etat ou une compagnie pétrolière.”

    Je serais intéressé de savoir si dans tes webanalytics tu prends en compte l’aspect culturel des internautes. J’imagine qu’un asiatique, un européen ou un arabe ne surfent pas de la même manière. Vie privée, laisser des commentaires, anonymes ou non, etc… tout cela doit être influencé culturellement non ? Peut-on optimiser un site ‘pour le monde’ ?

  6. Aurélie Pols Says:

    Bonjour David,

    Le livre est tombé entre mes mains alors que je discutais avec Nico, l’un de nos architectes système du Liban justement. Je cherchais probablement une réponse similaire à la tienne et peut être comme toi, j’ai trouvé autre chose.

    J’ai longuement hésitée sur le passage à mentioner sur mon blog et ceux que tu cites dans ton billet faisaient également partis de ma sélection.
    Je pourrais philosopher éternellement sur ce qui ma frappée dans le livre mais je vais tenter de répondre à ta question.

    Est-ce que as déjà vu les “heatmaps” des eyes tracking tools où des designers intelligents tentent de te démontrer que l’endroit où les gens cliquent le plus c’est en haut à gauche et donc que c’est bien là où l’oeil part pour parcourir la page? Un exemple sur: http://www.websiteoptimization.com/speed/tweak/clickstream/

    Et puis après tu vas dans Google Israël (www.google.co.il) et tu tapes par exemple “web analytics”😉 La barre défilante est à droite et les Ad Words également.
    Toujours impressionant je trouve et une gymnastique intellectuelle à laquelle je ne suis personnellement pas trop habituée. Je sais lire l’hébreu mais je ne pratique pas.

    Donc toutes ces études d’usabilités, les meilleures pratiques, blablabla dépendent en fait de nos propres habitudes.
    Que dire des pays asiatiques où le contenu est séparé par colonne et les gens lisent (apparemment) de haut en bas?

    Ensuite, il y a les mentalités reliées aux différents pays.
    Commençons par les US.
    Depuis le Patriot Act, j’ai du mal à croire qu’ils respectent la vie privée (c’est un point de vue tout à fait personnel) donc parler d’opt-in à des Américains – j’en ai fait l’expérience la semaine dernière à Washington durant le eMetrics summit où nous discutions de respect de la vie privée – c’est un peu comme leur parler de ma Smart (qui ne consomme que 3.7 litres au 100).
    Ils sourient et passent à autre chose.

    Ensuite l’Europe, mon noble continent.
    J’utilise beaucoup de produits de Web Analytics Américains dont entre autre WebTrends. Tu crois qu’ils auraient pensé au fait que si je veux créer un rapport qui me donne une vision panEuropéenne, je puisse sommer différents types de monnaies? Après tout, j’ai des euros mais aussi des couronnes danoises, des livres sterlings et même parfois des sheckels israëliens si je parle d’EMEA!
    La réponse est inévitablement que je peux remplacer les dollars par des euros. Merci beaucoup mais cela ne résoud pas mon problème😦

    Et puis beaucoup d’entreprises hors Europe considère l’Europe comme une seule entité, constituée de pays où la seule différence reste la langue.
    Donc les sites qui sont sortis par pays sont tout simplement traduits.
    Etant néerlandaise et mon époux espagnol, je regarde différentes chaînes de télévisons dont Nederland, RTBF, RTL, TF1, France 2, Arte, BBC, TVE, …
    Les pub ne sont pas toujours les mêmes. Le ton n’est pas le même. Alors qu’un hollandais irait pour le super discount, le français préférera rêver. Je caricaturise mais il y a du vrai dans ce que je dis. Les stratégies de communication doivent être différentes par pays puisque les cultures sont différentes.

    Maintenant est-ce qu’un latin fera plus de commentaires sur un blog qu’un scandinave? est-ce qu’un asiatique sera plus factuel et moins bavard? je n’en sais rien et je préférerais ne pas tomber dans le piège de la généralisation. Le monde est déjà suffisemment xénophobe sans que je doive en rajouter😉

    Je sais juste que j’ai déjà redirigiée la stratégie de mes clients sur base de la langue du browser des visiteurs, que je tente d’aider un autre client dans sa stratégie de communication de prix à un niveau panEuropéen et que je garde un oeil sur ce qui se dit en matière de “bonnes pratiques”.
    Je n’avale pas toutes ces bonnes pratiques comme du pain bénit et je reste critique ainsi qu’ouverte à toute expérimentation qui profiterait à la stratégie en ligne de mes clients.

    En espérant avoir répondu, au moins partiellement, à ta question.
    Shalom
    Aurelie

  7. david Says:

    Aurélie, merci (bedankt, toda) de ta réponse qui couvre largement la question. Il est sans doute une chose certaine que le comportement on-line des gens n’a aucune raison d’être moins influencé culturellement que leur comportement off-line. Faut juste en tenir compte on-line, au risque de heurter des gens, littéralement chez eux, en leur imposant un modèle culturel. D’autre part je comprends que pour une grande majorité d’entrepreneurs américains cela est une nouvelle donne qu’ils doivent apprendre à considérer. Espérons qu’ils en aient conscience.
    J’ai découvert votre société un peu par hasard grace à une pub dans Inside, je ne manquerai pas de suivre vos blogs qui sont très qualitatifs, et instructifs.

  8. GEORGE NAJEM Says:

    BRAVO , ton point de vue est excellent .
    courage , continue .

    khorkhe .

Comments are closed.


%d bloggers like this: